PECHE AU PANAMA

Archipel du Chiriqui
L'esprit du séjour

L’esprit du séjour
Olivier Pêche Panama est une création du guide Olivier Charpentier qui après avoir guidé plus de dix ans dans 6 pays différents, s’installe sur les bords du Pacifique au Panama. Il vous invite à vivre des actions de pêche intenses dans les spots les plus sauvages et les plus fantastiques de l’archipel du Chiriqui, ceux qui abritent les grands prédateurs qui ont fait la réputation de l’Amérique centrale. Isla Parida, Islas secas, Islas Ladrones, et la plus lointaine Isla Montuosa offrent un terrain de jeu illimité pour les pêcheurs.

Profitez des années d’expérience de votre guide en pêche tropicale.

Si vous appréciez :

  • Le privilège de pêcher dans un des pays phares de la pêche sportive en Amérique centrale,
  • L’authenticité, les lieux préservés du tourisme de masse,
  • La rupture avec notre rythme de vie occidental effréné, le dépaysement et la détente totale,
  • Vous êtes sensible au confort, à la qualité de l’hébergement et de la restauration, la simplicité et la convivialité,
  • Vous voulez combiner au cours du même séjour des pêches au lancer et au jig avec la pêche hauturière pour  les poissons à rostre,
  • Vous voulez pêcher en variant les techniques, et en découvrant un maximum d’espèces de poissons du Pacifique,

Alors ce séjour est pour vous ! Venez découvrir les fabuleux prédateurs qui vous attendent dans cette partie du Pacifique.

Déroulement de séjour (1)
(Possibilités bien entendu d’organiser des séjours plus longs)
 SEJOUR DE 10 JOURS, 7 NUITS AU LODGE+ 1 NUIT A PANAMA CITY, 6 JOURS DE PECHE
Jour 1 Vol Europe-Panama City.Arrivée Panama City : transfert à l’hôtel où vous passerez la nuit
Jour 2 Transfert vers l’aéroport Albrook et vol intérieur de Panama City –David. (2)Accueil à David par notre guide et transfert vers le lodge.Installation et préparation du matériel
Du Jour 3 au Jour 8 Pêche et détente
Jour 9 Départ pour David puis vol intérieur de David à Panama. (2)Transfert vers l’aéroport de Tocumen. Vol retour pour l’Europe.
Jour 10 Arrivée en Europe

(1)Déroulement de séjour donné à titre indicatif susceptible de modification en cours de saison
(2)En fonction des calendriers aériens encore inconnus à ce jour

Activités annexes
Au sein même de l’archipel, il est possible de réaliser des excursions en mer à la rencontre des baleines et des dauphins (en saison), des promenades pédestres à travers  les sentiers de l’île, baignade et pique-nique sur les îles, visite et shopping  dans la petite ville de David. On rencontre de belles plages à proximité du lieu d’hébergement ainsi que des possibilités pour la plongée sous marine, accompagnée par un « Dive Master ».

Il est possible d’organiser  des excursions vers les montagnes intérieures, la visite du parc national du volcan Baru, la station d’altitude de Boquete,  bains thermaux etc … Ces sorties sont à planifier sur un minimum de deux jours hors du centre de pêche.

Géographie

Géographie
Le Panama est le dernier pays d’Amérique centrale, délimité au sud par la Colombie, et au nord par le Costa Rica. Ce fin ruban de terre entre deux immenses océans représente un pont écologique unique entre le continent d’Amérique du Nord et celui du Sud, et abrite de ce fait une faune  et une flore unique au monde. Bon nombre de ses plantes, reptiles ou oiseaux sont endémiques à ce pays.  Géologiquement, le Panama est une zone tourmentée, due à la subduction des plaques océaniques et continentales, expliquant la présence de volcans et sources chaudes et offrant un paysage varié. L’archipel du Chiriqui est composé de plus de 80 îles et îlots dont la plupart sont inhabités. Il est situé à 350 km à l’ouest de Panama City, 60 km de la petite ville de David et 80 km de la frontière avec le Costa Rica.

L'hébergement

L’hébergement
Olivier propose de vous héberger en plein coeur de l’archipel, dans sa villa située sur la pointe de Boca chica, face à l’île de Boca Brava. La villa comporte 1 étage, au rez de chaussée se situent la cuisine, la chambre du boss et sa femme ainsi qu’un atelier logistique. Le premier étage est entièrement consacré aux clients. On y trouve 3 chambres ventilées chacune avec salle de bain et WC séparés et individuels. (Eau chaude)

2 chambres sont équipées de 2 lits, une autre avec 3 lits.

Les repas sont pris en toute convivialité sur une large terrasse avec vue sur la mer.

C’est à ce moment-là que se décide le programme de pêche du lendemain.
Les départs de pêche se font à pied depuis la villa, la marina étant à moins de 200 mètres.
La villa d’Olivier Pêche panama ne possède pas de piscine.

Les bivouacs
Pêchez plusieurs jours où les autres bateaux ne restent que quelques heures.
Les bivouacs se déroulent sur les îles, en pleine nature et au plus près des spots de pêche, ce qui en fait leur atout. Ils permettent de profiter au maximum de la beauté de l’archipel et de son potentiel. Chaque bivouac a ses particularités.

LE BIVOUAC A MONTUOSA

Montuosa est une petite île située à 50 miles nautiques des terres du Panama. Seule, au milieu du Pacifique, elle a vraiment l’aspect de « l’île aux pirates ». Montuosa est posée en bordure du tombant continental et constitue une véritable plaque tournante pour tous les pélagiques, marlins, voiliers et thons jaunes.

Olivier Pêche Panama a mis au point un bivouac exclusif sur l’île même de Montuosa.
Le cadre est de toute beauté, cocotiers, plage de sable blanc, végétation luxuriante, eaux cristallines, et il y a même de l’eau douce sur l’île ! Les tombants de l’île sont visités en permanence par des marlins noirs, des voiliers et de très gros thons jaunes. La pêche se pratique à la traine de leurres, mais c’est en utilisant une bonite vivante que les chances d’attraper un gros marlin noir sont les plus grandes. Pour trouver les thons, on cherche les bancs de dauphins.

C’est au popper que se pêchent les thons, offrant des combats inoubliables sur les cannes à lancer.

Le bivouac permet de rester au plus près des zones de pêche et nous place à moins de 10 miles du mythique Hannibal Bank, un des sites de traîne les plus réputés du Panama avec le Zane Gray Reef. Il est rendu célèbre pour ses grands thons jaunes, ces Yellowfins tunas capables de vider un stella 10000 en quelques secondes, mais il n’y a pas que des thons et des marlins sur le Hannibal Bank.
Le haut du sec abrite des grandes serioles et des mérous, et en surface, des grosses coryphènes qui mordent souvent au popper !
La clarté des eaux permet de voir d’une rare évidence les attaques et les suivis.

On peut tout faire dans la même journée à Montuosa tant les sites sont proches les uns des autres, popper les têtes de roche pour les grosses carpes rouges et les coqs, jigger les serioles, puis se mettre en traîne pour les rostres quand le soleil monte.

Que pêcher à Montuosa ?
Les pélagiques et les poissons affectant les structures rocheuses profondes sont ceux qui se recherchent à Montuosa. Les gros marlins noirs se pêchent surtout à la bonite vivante trainée en catalina, les voiliers à la traine classique. Mais le plus fabuleux à Montuosa est de vivre une grande chasse de thons jaunes qu’il est possible de pêcher au popper. La mer se met à bouillonner sous la pression de poissons entre 30 et 100 kg.
Sur les roches les serioles et les mulets snappers peuvent être pris au jig et au lancer.
Note importante : il y a très peu de poissons coqs à Montuosa, et assez peu de cuberas, dû à la situation éloignée de l’île.

Quand pêcher à Montuosa ?
Chaque poisson a ses périodes, sachant qu’ils sont présents toute l’année autour de Montuosa, mais plus ou moins nombreux et mordeurs.

LE BIVOUAC A COIBA

Le bivouac se passe en plein cœur du parc national de Coiba qui est aussi classé patrimoine mondial par l’UNESCO. Toute pratique de pêche industrielle ou artisanale est formellement interdite depuis 12 ans, autant dire que les poissons ont la paix. La pêche sportive y est autorisée moyennant un permis et la pratique du relâché obligatoire. Il est seulement permis de conserver un poisson par jour pour sa consommation personnelle.

La zone de Coiba Jicaron représente un terrain de jeu immense, un véritable paradis pour les amoureux du popper et du jigging.
Au milieu de ce dédale de roches et de hauts fonds, se trouve le grand cubera snapper, un poisson d’une force incroyable. On trouve aussi à Coiba les carangues, les poissons coqs et d’autres varitées de lutjans.
Pour ce bivouac, l’organisation demande un supplément de 200 euros/personne (250 USD) correspondant à l’éloignement du site (carburant) et au paiement des permis de pêche et droits d’entrée dans le parc. Avant le bivouac, les pêcheurs devront s’enregistrer auprès de la station des rangers du parc et acquitter des droits de pêche sportive et d’entrée du parc.

Que pêcher à Coiba-Jicaron ?
Le cubera (grande carpe rouge) est le poisson roi du secteur. Il se pêche au popper, et aux gros sticks baits. Pour le reste, carangue bleue, caninus et gros yeux, serioles, mérous, poissons coqs, thons…

Quand pêcher à Coiba-Jicaron :
Les poissons sédentaires de Coiba sont pêchables toute la saison.
A noter que les thons visitent la zone de Jicaron mais moins que Montuosa et il s’agit de sujets plus petits.

QUE PREVOIR POUR LES BIVOUACS ?
L’organisation fourni une tente individuelle, un matelas auto gonflant, un drap de couchage et une serviette de toilette pour chaque participant. Il est possible d’avoir une tente plus grande pour les couples sur demande. Les repas sont pris sur table et chaises, la cuisine est préparée par Suzy qui accompagne Olivier dans les expéditions.
Chaque pêcheur doit amener :
– Une lampe frontale et les piles adaptées
– Un sac étanche pour les affaires personnelles, surtout nécessaire à l’arrivée et au départ de l’île.
– Un pantalon en toile légère et chemise à manches longues pour le soir.
– Du produit anti moustique type insecte cran ou Off. Il n’y a pas de moustiques sur les îles, mais parfois quelques « moutmouts » (moucherons de sable) si il n’y a pas de vent.
– L’organisation dispose d’une petite pharmacie d’urgence mais chacun doit veiller à apporter ses médicaments personnels.
– Chapeau et crème solaire
Votre pièce d’identité est obligatoire sur Coïba ou Montuosa en cas de contrôle des autorités locales.

Les poissons

Les grands lutjans

Snapper Dienton et Pacific red snapper + Le Snapper colorado et le Snapper mulet
La force de ce poisson est terrible, et peut mettre à mal le matériel le plus solide. Les cuberas se pêchent à toutes les hauteurs d’eau, au popper, au jig et au vif.

Il est nécessaire de posséder une bonne canne à lancer de 80 livres et tresse de même résistance si on veut espérer extirper les gros sujets de la roche. L’usage de gros poppers autour de 150 grammes est nécessaire pour faire monter les carpes rouges des roches profondes. Les plus gros cuberas de la zone approchent les 50 kg.

Les sérioles (poids moyen 15kg)
C’est un poisson qui chasse en général au fond et la technique du jigging est la plus productive. Le poids des jigs utilisés varie de 150 à 300 grammes suivant la profondeur du poste. La seriole monte parfois sur des poppers. Rapide et très combative, elle vit en banc autour des structures rocheuses et montagnes sous-marines. C’est une espèce très abondante au Panama.

Le poisson Coq (poids moyen 15kg)
C’est le poisson emblème de cette zone du Pacifique.
Oliver Pêche Panama vous met dans les meilleures conditions pour tenter de le capturer. Le poisson coq se pêche au popper et au vif, à proximité de la surface. Les poissons coqs procurent des attaques et des combats mémorables, ponctués de sauts et de rushs puissants. Les eaux panaméennes abritent des poissons coqs records, peut être parmi les plus gros de la zone centre américaine.

Les Cabrillas (mérous) (poids moyen 20kg)
Espèces de fond par excellence, les mérous se capturent au jig ou avec des appâts à fond. L’espèce la plus commune au Panama est le Mérou « broomtail » (à queue de balai). Combatif, il peut atteindre 60 kg.

Les Requins
Plusieurs requins sont présents dans l’archipel, pointe noire, pointe blanche, bouldogue, taureau et requin bronzé. Ce dernier est rapide et très combatif attaque souvent les poppers !

Les Snooks
Abondants dans les mangroves et sorties de rivières, ils se pêchent à la mouche et au lancer léger.

C’est un superbe poisson de sport très technique, et qui saute beaucoup au combat.

 Les Carangues pompano, caninus et big eye
Nombreuses et joueuses, elles font le bonheur des pêcheurs au popper. En pêche, on rencontre quatre espèces de carangues : l’hyppos, la caninus, la points bleus et la gros yeux.

Les gros Tunas
Les grands thons jaunes sont des forces de la nature, capables de mettre pêcheur et matériel à rude épreuve. Les grandes chasses de thons associées aux dauphins et aux oiseaux sont un spectacle inoubliable, et parfois, ça bouillonne autour du bateau !
La canne plie et c’est parti !
Les gros Tunas se prennent au popper et au vif.

Les pélagiques

Les Marlins
Les trois espèces de marlins sont présentes au Panama, noir, bleu et rayé, mais autour de Montuosa et du Banco, ce sont surtout les marlins noirs qui dominent. Le poids moyen se situe autour de 300 livres, mais chaque saison, des poissons de 600 à 800 livres sont combattus et relâchés. Les marlins sont présents toute l’année dans le Chiriqui, mais avec des pics de passage variables en décembre, janvier et mai.

Les Espadons voiliers
Les grands voiliers du Pacifique sont surtout présents de décembre à avril. Ils offrent de superbes combats en ligne fine.

Les Wahoos et Coryphènes
Les Wahoos et coryphènes sont abondants en fin de saison des pluies, lorsque les courants apportent de nombreuses épaves flottantes. Il est alors possible de les pêcher au lancer.

Les Rainbows runners, Baracudas et Orphies tropicales.

La pêche

La pêche
Au départ d’Isla Boca Brava, les pêcheurs ont le choix entre de multiples zones de pêche, chacune ayant ses spécificités.

Le paquet d’îles de “Islas Secas » et le système de Isla Parida et Bolanos est une zone exceptionnelle pour les poissons coqs au popper et les grands lutjans.  Les fonds truffés de roches varient de 10 à 40 mètres et offrent des possibilités énormes pour les pêches aux leurres. Les prospections d’Olivier ont révélé de grandes possibilités. Nous avons par exemple vu de véritables meutes de poissons coqs derrière les poppers, et plusieurs prises de plus de 20 kg. Les ilots de Viudas situés à seulement 7 miles du centre abritent quant à eux des carpes rouges records.
Les spots plus éloignés d’Islas Ladrones et Montuosa possèdent des fonds de 10 à 100 mètres qui sont le paradis pour la pêche au jig des sérioles, des mérous et des grands Dientons.

Plus au large encore, se trouvent les secs de « bajo 8 », et « Bandera », de véritables montagnes sous-marines dont le sommet culmine à 18 mètres sous la surface pour plus de 100 mètres en périphérie. Ces montagnes sous-marines sont des sites fabuleux où cohabitent les espèces semi sédentaires avec les poissons pélagiques. Les thons jaunes, coryphènes, marlins et voiliers, attirés par le haut fond, rejoignent les espèces de roche comme les serioles et grandes carpes rouges. Ces zones se sont aussi révélées très favorables pour la pêche des fameux « mulets snappers ».
La diversité des postes et les multiples îles permettent aussi d’adapter la pêche aux conditions météo. Suivant la direction du vent, il y a toujours une zone où il est possible de pêcher dans de bonnes conditions.

L’archipel offre aussi des possibilités aux pêcheurs amoureux de pêches plus fines. Certaines zones sont très propices au lancer léger. Les nombreuses roches et réseaux de mangroves de l’intérieur sont des abris pour les carpes rouges et les snooks que l’on capture à l’aide de petits poppers, poissons nageurs et bucktails jigs. N’oubliez donc pas d’amener un ensemble à lancer de 20/30 lb et un échantillon de petits leurres.
Dans l’archipel, chaque pêcheur trouvera sa place, quelles que soient ses envies, et sa capacité physique et technique.

Les techniques
POPPER ET JIGGING

L’archipel du Chiriqui comporte plus de 80 îles volcaniques, 4 grands secs plus ou moins au large, sans compter le grand tombant propice aux thons, voiliers et marlins. La zone de pêche est illimitée si bien qu’il est possible de pêcher une zone différente tous les jours.

Ce site exceptionnel en fait le paradis des pêcheurs au popper et au jig. La pêche se déroule dans un cadre de falaises, d’îles à la végétation luxuriante, de roches battues par la houle, et de plages paradisiaques. Le Panama est un pays sûr, de toute beauté, où la nature est reine.
Dans les eaux de l’archipel cohabitent toutes les grandes espèces de poissons qui ont fait la réputation de l’Amérique centrale : poissons coqs, serioles, 5 espèces de grands lutjans, 4 espèces de carangues, mérous, thons jaunes, marlins noirs, voiliers, wahoos et coryphènes, sont les adversaires qui vous y attendent !

La pêche sportive au sens où elle s’entend au Panama !

LA PECHE AU VIF

Avec Olivier Pêche Panama, on pratique beaucoup au popper et au jig, mais souvent, les plus gros poissons sont touchés au vif en dérive (grosses sérioles, cuberas, gros coqs). Il est donc préférable de faire quelques vifs le matin, cela ne prend pas beaucoup de temps et cela rapporte très gros. La pêche au vif est un complément. Elle ne gêne pas la pratique du popper ou du jig, mais permet de tenter un autre poisson qui aurait été de toute façon insensible aux leurres. La technique permet aussi de continuer à pêcher encore lorsqu’on souffle un entre deux séances de pop ou jig. Histoire de bagarrer un autre poisson quand on se repose ! On pêche les vifs avec des petites mitraillettes hameçon n°6.

Les bateaux
Votre bateau est un Caribepro de 26 pieds, motorisé en 2×115 CV Suzuki. Rapide et fonctionnel, il est entièrement équipé pour les pêches au lancer et à la traîne (taud, tangons, vivier, sondeur, GPS, radio …). Depuis la saison 2011, le centre se voit doté d’un deuxième bateau avec une coque légèrement plus grande.

Le respect du poisson 
Le no-kill est pour votre guide sur place une véritable priorité. Tout est par conséquent mis en œuvre pour relâcher les poissons dans des conditions leur offrant les plus grandes chances de survie après capture.  Ne seront conservés que les poissons pour la table et la famille du marin.

Les saisons de pêche

Les saisons de pêche
Au Panama, on peut pêcher toute l’année avec de grandes chances de réussite, à l’exception des mois les plus pluvieux que sont septembre et octobre.  Les poissons du large sont soumis à la courantologie marine qui varie beaucoup d’une saison à l’autre. Les espèces sédentaires (poissons coqs, serioles et carpes rouges) peuvent se pêcher toute l’année, sachant que la période de novembre à juillet est moins pluvieuse et donc plus agréable.
La bonne période de pêche pour les poissons à rostre (marlins, voiliers et thons jaunes) s’étend de novembre à mai.

Le centre de pêche est fermé de début septembre à la mi-novembre, période qui correspond à la saison des pluies.
Concernant les gros thons jaunes au popper et en traine, il est impossible de garantir totalement leur pêche. Ce sont des espèces migratrices et l’intensité de leurs passages et leur date varient d’une année à l’autre. On peut simplement dire que la période de février à juin est un excellent moment pour tenter leur pêche.

Panama PAC Voyages de pêche
Bloc-notes

Formalités : Conditions requises pour les ressortissants français : Passeport en cours de validité et valable six mois après date de retour. Pour les ressortissants d’autres nationalités : Se renseigner auprès des autorités consulaires.

Santé : Aucune vaccination n’est  exigée. Pas de paludisme dans la zone de Panama City, ni de David.

Pour prévenir des risques solaires, nous vous recommandons de vous munir d’une crème solaire d’indice maximal (60), d’une pommade type « Biafine »,  d’une paire de lunettes solaires à verres très haute protection adaptés au milieu marin ainsi qu’un couvre-chef adapté. Un bon ciré pour les embruns et la pluie. Une petite trousse à pharmacie, composée des médicaments classiques de premiers soins (désinfectant, pansements, antalgique, anti-pyrétique, anti-hémétique….) sera la bienvenue (on ne sait jamais !)

Langue : La langue officielle est l’espagnol  et beaucoup de panaméens ont des notions en anglais. Le français n’est absolument pas pratiqué, mais votre guide est français.

Décalage horaire : Panama présente un décalage horaire de –7H par rapport à l’heure française (-6h en hiver).

Climat : Le Panama  jouit d’un climat équatorial à forte influence océanique. La température est de 28 à 30 degrés toute l’année. La grande saison sèche débute en décembre et fini mi-mai, avec de grosses variations d’une année à l’autre. Les mois de grande pluie s’étendent d’août à octobre.

Monnaie : La monnaie est le dollar américain. (USD).

Conseils matériel

Beaucoup se pose des questions sur le matériel à amener et c’est pour cette raison que notre guide Olivier a  fait un petit film sur « quel matériel amener au Panama », pour vous aider à voyager juste.

Voyages de pêche similaires
Autres voyages de pêche

Nos voyages de pêche

Articles récents voyages de pêche

 04 78 33 48 70

Prochains Départs

______

page 1 of 4

Posez une question sur cette destination

 04 78 33 48 70

Civilité *

Votre nom *

Votre prénom *

Votre email *

Votre numéro de téléphone

Votre message